Insultes : comment y faire face ?

Homme qui crie dans un téléphone fixe

Dans votre vie, vous n’échapperez pas aux insultes. Que ce soit face au harcèlement scolaire, à la pression professionnelle ou bien simplement aux tensions sociales ou familiales, vous aurez souvent affaire à des personnes malveillantes, qui n’auront malheureusement pas leur langue dans leur poche. Pour ne pas rester passif face aux remarques ou bien ne pas vous incliner devant ceux qui rabaissent, suivez nos conseils pour savoir répondre à quelqu’un qui vous insulte.

Travailler votre susceptibilité

La toute première chose à faire pour savoir bien réagir face aux insultes des autres, c’est travailler votre susceptibilité. Peut-être avez-vous tendance à prendre les choses trop à cœur ou, dirons-nous, trop personnellement ? Malheureusement, vous n’avez pas fini d’être confronté aux critiques et aux remarques et, quand celles-ci ne sont pas trop sévères, mieux vaut passer outre.

Pas si facile, nous direz-vous. C’est vrai ; certaines personnes ont réellement du mal à prendre du recul sur une situation. Il s’agit donc avant tout d’un travail personnel, que vous devez vous forcer d’appliquer. Si l’insulte est banale, contentez-vous de garder le silence tout en feignant l’indifférence ou bien répondez simplement que vous n’avez pas le temps pour ce genre de remarques.

Prendre vos distances physiquement

Quand les insultes vous touchent et sont plus graves, il n’est plus question de faire semblant d’y être insensible. Pour montrer votre désaccord, commencez par prendre vos distances physiquement. Cela signifie, par exemple, reculer de quelques pas face à votre interlocuteur. Dans un premier temps, cette distance empêchera la personne d’avoir de l’ascendant sur vous. La proximité physique est parfois une forme de menace.

Dans un deuxième temps, vous pourrez observer votre interlocuteur. Souvent, ceux qui insultent ont du mal à regarder leur adversaire dans les yeux. Maintenez le regard afin de faire en sorte que la personne se sente mal à l’aise, comme exposée à sa méchanceté. Veillez à rester détendu, tout en gardant la tête et les épaules droites. Votre assurance et votre calme déstabilisera votre opposant.

Un homme et une femme qui se font face à la table d'une terrasse

Fuir pour ne pas flancher

Parfois, la violence des propos est telle qu’elle peut avoir un impact psychologique et émotionnel très important. Dans ces moments-là, vous êtes à la merci de vos sentiments : colère, honte, tristesse, angoisse… Il est alors très difficile de garder le contrôle de la situation, de ne pas répliquer avec la méchanceté ou tout simplement de ne pas rougir et fondre en larmes.

Si la situation vous affecte autant, la meilleure réponse est alors de fuir. Après tout, l’ignorance est le meilleur des mépris. Quand la méchanceté est démesurée, mieux vaut faire preuve de bon sens et vous détourner tout simplement de la situation. Non, ce n’est pas de la lâcheté. Certains y verront même un immense signe de maturité.

Être diplomatique dans vos répliques

Si vous décidez de répondre, vous ne devez surtout pas céder à la colère. Plus vous resterez calme, plus votre opposant sera frustré et se démontera. Montrez-vous toujours poli et respectueux. Par cela, nous entendons aucune insulte et aucune remarque infondée. Cela montre que vous faîtes preuve de discipline et vous obtiendrez ainsi plus facilement le soutien des autres.

Il ne s’agit pas là de renoncer à vos convictions et à vos valeurs, mais de les mettre en avant face aux reproches que vous subissez. Expliquez une première fois votre point de vue, écoutez patiemment votre interlocuteur et, si celui-ci continue à vous insulter, demandez-lui des arguments concrets, afin d’avoir matière à discuter. S’il ne peut vous en fournir, mettez fin au débat de manière formelle, en expliquant à la personne qu’elle pourra se permettre de vous reprocher certaines choses quand elle aura des preuves.

Femme au visage fermé, de profil

Vous remettre en question

Si rien ne justifie qu’une personne vous insulte, leur colère à votre égard révèle parfois des ressentiments qui sont fondés. L’une des plus grandes marques de maturité est de savoir se remettre en question quand il le faut et admettre ses erreurs lorsqu’on y est confronté. Attention, nous ne vous conseillons pas d’accepter l’avalanche de reproches qui vous tombe dessus mais de savoir l’accueillir intelligemment.

Posez-vous les bonnes questions et essayez de vous mettre à la place de votre interlocuteur. Y-a-t-il du vrai dans ses propos ? Si oui, osez l’admettre devant lui et présentez-lui vos excuses, tout en insistant sur le fait qu’il existe d’autres manières de communiquer. Ne soyez pas de mauvaise foi sans pour autant vous écraser face à votre opposant. Reconnaissez vos torts mais montrez-lui aussi les siens.

Hausser le ton puis couper court à la dispute

Les personnes qui vous insultent à répétition le font parfois par simple plaisir. Ils pensent avoir trouver en vous une cible faible, qui se laisse faire et peut devenir leur souffre-douleur. Cette attitude est évidemment toxique et, malgré votre manque de réaction, peut persister sur le long terme.

Viendra donc un moment où il faudra vous affirmer. Si nos conseils précédents n’ont pas fonctionné, c’est le moment de hausser le ton. Pas question de devenir vulgaire et violent, mais inutile de continuer à feindre une certaine politesse, surtout quand la personne en face de vous ne la mérite pas.

Dites-lui ses quatre vérités sans vous démonter, sans bégayer ni parler trop bas. Maintenez le regard et restez droit tout au long de votre intervention. Concluez sans laisser le temps à votre interlocuteur de prendre la parole. « Maintenant, on arrête là. Tu sais ce que je pense de toi et je sais ce que tu penses de moi. Je ne veux plus perdre mon temps avec tes gamineries. Si elles te conviennent, continue de jouer, mais tu joueras seul. »

Femme de dos qui partage la table d'un café avec un homme

En parler à quelqu’un pour trouver du soutien

Quand la situation devient trop sévère, vous devez impérativement faire appel à une tierce personne. Les autorités, un cadre, un parent et, le plus important, un enseignant dans le cas de harcèlement scolaire. Il est important que d’autres personnes soient au courant de ce que vous traversez.

Tout d’abord, mettre des mots sur l’injustice que vous vivez peut être bénéfique psychologiquement. Deuxièmement, la personne peut vous apporter un véritable soutien émotionnel.

Certains enfants et adolescents ont peur d’en parler car ils craignent que l’adulte n’intervienne et n’empire la situation. Au moment de vous livrer, insistez bien sur le fait que vous recherchez avant tout une oreille attentive, et non un bras droit. Promettez à votre conseiller que, lorsque vous ne supporterez vraiment plus la situation, vous ferez appel à eux.

Répondre à quelqu’un qui vous insulte n’est jamais facile. Cela demande beaucoup de courage et un certain aplomb. Commencez par trouver la réponse qui vous correspond le mieux pour le moment et qui est la plus facile à appliquer pour vous. Petit à petit, au fur et à mesure que vous travaillez votre confiance en vous, osez un affrontement plus virulent. Bientôt, plus personne n’osera vous embêter.

Source Images : @unsplash.com

Auteur : Elsa M.

Rejoignez-nous sur Youtube !

Enregistrer
Tweetez
Partagez